Rédaction Web,  SEO

Blogueurs, entreprises, éditeurs de sites, ne vous battez plus pour le SEO !

Les rédacteurs web font souvent face à des demandes clients très spécifiques pour le SEO des textes commandés. Mais cela est-il toujours justifié ou utile ? Je vous propose de découvrir dans cet article l’avis de l’une de mes talentueuses consoeurs rédactrices, Virginie Levant.

Oulà, voilà que je m’engage sur un terrain miné. Oserai-je remettre en question le sacro-saint SEO, le Graal de tous ceux qui veulent avoir de la visibilité, qui veulent vendre, convertir les lecteurs, du petit blogueur qui se lance dans l’affiliation à l’agence qui gère des centaines de sites ? Eh bien pas tout à fait…

 

Le SEO est un moyen, pas un but en soi

Toi, peut-être futur client qui me lis, je sais que tu continues à parcourir cet article par curiosité, mais je sens ta méfiance d’ici. Je te vois même froncer des sourcils et perdre patience…

Soit, rentrons donc dans le vif du sujet. Et je te rassure, cet article ne sera pas très long, car il n’a aucunement l’ambition d’atteindre la première place sur Google. C’est bon, la liberté.

Alors, quel est mon problème avec le référencement naturel ? Je vais peut-être te surprendre, mais je n’en ai pas. Oui, en tant que rédactrice web, il est de mon devoir de t’aider à monter dans les SERP, le plus haut possible. Atteindre une position zéro, rester sur la première page…

En somme, mon devoir premier est de te rendre visible. Et c’est bien normal. Tout le monde aime être sous les feux des projecteurs, surtout quand il y une volonté de se faire de l’argent derrière. Ainsi, j’utilise des outils, je te fais des méta descriptions, des titles, je te mets des mots en gras, je suis tout en vert sur Yoast (que tu devrais laisser tomber). J’utilise des outils comme 1.fr (super), Your text guru (bof). En fait, tout irait pour le mieux si…

Si le SEO n’avait pas fait de toi un zombie

J’adore caser le mot zombie dans mes articles. C’est un petit défi personnel. Il faut bien s’amuser, non ? Mais revenons à nos moutons. D’ailleurs, en parlant de mouton, tu t’es rendu compte que tu en étais devenu un ?

Inutile de te fâcher, ce n’est pas une insulte gratuite. Dans mon travail, j’ai eu l’occasion de travailler pour de nombreux profils. Des blogueurs pros qui font de l’affiliation et/ou vendent des ebooks. Des agences. Des e-commerces. J’ai écrit sur des armes blanches, des cercueils, le bio, le thé, les animaux, les enfants, les nouvelles technologies, la santé, l’espace (celui au-dessus de notre tête), les bijoux… et tellement d’autres.

Tous des sujets passionnants, que j’ai aimé aborder, découvrir ou approfondir. Me croirais-tu si je te disais que grâce au SEO, ces thèmes sont devenus ennuyeux comme la pluie (je n’ai pas osé dire chiant, mais je le pense très fort) ? Eh oui, c’est ça aussi, la magie du SEO.

On peut prendre n’importe quel domaine, le mettre dans la machine à référencer et obtenir un article digéré, parfaitement interchangeable avec un autre qui n’a pourtant rien à voir, et le poster en attendant que Google le trouve. Tu ne me crois pas ? Fais le test.

Tu te crois unique ? En fait, tous mes clients sont les mêmes. Ils ont tous pour point commun d’avoir perdu leur personnalité, de s’être laissés broyer. Tous leurs sites se ressemblent. Ils ont tous les mêmes demandes. Tu commences à cerner le problème ? Oui je sais que tu as compris, et je pense que tu t’en fiches toujours, parce que toi, ce que tu veux, c’est de l’argent, ce qui est bien naturel. Alors, peu importe le moyen après tout. Sauf que…

Pourquoi tu ne dois pas tout miser sur le SEO ?

Ne me fais pas dire ce que je n’ai pas dit. Il est primordial que ton site soit sur la première page de Google ou les autres. Tu dois faire un site avec une bonne expérience utilisateur, avoir des contenus de qualité avec les bons mots-clés, mettre des liens, partager sur les réseaux… Et tu sais que c’est un boulot monstre. Et même une fois en haut, la bataille ne fait que commencer.

Google change ses algorithmes régulièrement. Tes concurrents veulent prendre ta place, et se donnent les moyens de le faire. Mais pire encore. Tu le sais au fond de toi, tout le monde ne peut pas être sur la première page de Google, encore moins dans les trois premiers résultats. Triste réalité. Rester sur le podium va être un combat de tous les instants.

Tu risques de ne plus dormir, tes revenus vont commencer à jouer aux montagnes russes, tu vas dépenser des sommes monstrueuses en espérant avoir un retour sur investissement, même si pour ça il faut employer des rédacteurs sous-payés (et tu sais que sur le long terme, ça va te coûter beaucoup plus cher). Tu vas changer le look de ton site, partager frénétiquement sur les réseaux sociaux, acheter toujours plus de liens. Mais tu ne pourras jamais rester constamment sous les feux des projecteurs, si tu y arrives un jour. Il n’y a qu’un vendeur de rêves pour te dire le contraire. Ou un incompétent. Alors que faire ?

À ton petit niveau (ou gros niveau, je ne sais pas qui tu es), le seul espoir qu’il reste, c’est de mettre en avant ta personnalité. Sais-tu pourquoi certaines marques réussissent là où tu échoues ? Pourquoi elles n’ont pas forcément besoin d’être dans le top ten de Google ? Parce qu’on les connaît. Parce qu’elles ont une personnalité. Mieux encore, elles ont une communauté.

Des gens avec les mêmes valeurs, qui sont satisfaits de leurs services, de leurs produits, de leur éthique, de leur façon de voir les choses. Parce que leurs articles sont drôles, avec une forte expertise, informatifs, ou tout ça à la fois.

Parce que ce sont ELLES.

Et toi, tu es qui ? Tu es le e-commerce, le blog, le site, qui se bat pour rester sur une page. Tu es celui qui est convaincu que son succès ne tient que par le SEO. Tu inondes tes sites d’articles écrits par des petits rédacteurs pas bien regardants, tu leur donnes des mots-clés, tu envahis le web bien souvent – excuse-moi si je te vexe- inutilement (ne va pas me faire un hashtag pour sauver le climat après ça s’il te plaît). Tu fais comme des centaines, des milliers, d’autres. Tu as perdu ton identité, ton authenticité, tu es noyé dans la masse.

Au lieu de créer une communauté, au lieu de faire des textes forts, tu te contentes de petites miettes de succès. Oui, le chemin sera plus long si tu décides, demain, de te remettre en question. Mais on n’a jamais rien de solide avec des articles en kit et interchangeables. On n’est pas chez IKEA. Alors camarade, réveille-toi.

Engage-toi. Crée ta marque, ton style, entoure-toi de professionnels qui sauront te cerner et t’aider, sors du lot ! Retrouve ta personnalité, devient un gourou, constitue-toi une communauté fidèle. Ne sois plus un mouton, devient le loup.

(Oui, j’avais dit que ce serait un article court. Oups).

Les articles prêts-à-publier de Virginie vous attendent sur son profil Wriiters. Pour la joindre en direct, n’hésitez pas à solliciter ses services sur Malt

6 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *